Mathilde Favre, étudiante à l'ESDES et auteure d’un roman de science-fiction !

Vie étudiante Vie de l'établissement


UCLy

Mathilde Favre, la gagnante du concours d’écriture organisé dans le cadre de la semaine du développement durable de l’UCLy est aussi l’auteure d’un roman de science-fiction « Le pouvoir inattendu des mots » publié en novembre 2020 aux éditions Sydney-Laurent.

Portrait d'une étudiante en comptabilité-gestion qui aime lire et écrire !

Mathilde, 23 ans, est étudiante en master 2 de comptabilité-gestion (DSCG) à l’ESDES. Passionnée par la lecture, et plus particulièrement par les histoires fantastiques et les thrillers, Mathilde a saisi l’opportunité d’écrire « Souvenirs revisités » pour le concours et nous faire ainsi découvrir son imaginaire et son talent d’écrivain.

Ce n’est pas la seule corde à son arc, puisque côté musique, Mathilde joue depuis l’âge de huit ans du hautbois et de la clarinette.

Un bac scientifique en poche, Mathilde nous confie qu’elle a toujours apprécié les enseignements de français, de littérature et notamment de philosophie dès son entrée au lycée.

Rencontre avec une jeune auteure de romans SF...

1. Mathilde, comment t’es venue cette passion pour l’écriture ?

J’ai toujours beaucoup aimé lire. Imaginer des histoires est donc venu naturellement, et il n’y avait qu’un pas à franchir pour que je me mette à en écrire.

2. Que lis-tu ? Quel livre, quelle histoire t’a marqué ?

Je lis principalement du fantastique et des romans policiers. Cependant, je trouve toujours très instructif de lire des grands classiques (Racine, Flaubert etc.) appartenant à tous les genres.

Je me souviens d’un monologue dans la version d’Antigone écrite par Jean Anouilh, dont la beauté et la précision m’avaient particulièrement marquée.

3. Avant la sortie de ton roman « Le pouvoir inattendu des mots » avais-tu déjà écrit et/ou publié d’autres histoires ?

Oui, mais je n’étais jamais allée jusqu’au bout d’une histoire. Je me suis lancée le défi de terminer au moins un projet, et c’est comme ça qu’est né Le pouvoir inattendu des mots.

4. Par quoi commence-t-on lorsque l’on veut écrire un livre ?

Tout part d’une idée. On doit ensuite la développer, faire un plan (ou pas, cela dépend des auteurs), créer ses personnages, etc.

Je m’inspire de tout ce qui me tombe sous la main : une odeur, une image, une parole… La clé, c’est de garder son esprit prêt à capter toute idée impromptue, et surtout d’avoir de quoi la noter avant qu’elle ne s’échappe.

J’écris principalement pendant les cours (je sais, ce n’est pas bien, mais promis j’arrive à suivre en même temps !). J’écris chapitre par chapitre, suivant un plan préétabli qui peut varier pour mieux coller aux actions de mes personnages.

5. Combien de temps il t’a fallu pour aboutir à ce projet d’écriture jusqu’à sa publication ?

Cinq mois (quatre mois d’écriture et un mois de relecture). Ensuite, il y a eu un autre mois de travail avec la correctrice que m’avait désignée la maison d’édition, quelques jours réservés à la création de la couverture, puis le livre a été publié (en novembre 2020).

Pour la création de la couverture, j’étais en contact avec l’infographiste. Je lui ai d’abord transmis les quelques idées que j’avais puis il a choisi celle qui lui semblait la plus adaptée à mon texte et la plus commerciale. S’en est suivi quelques présentations de ses ébauches sur l’idée retenue, puis des rectifications ont été faites jusqu’à obtenir un résultat qui nous convienne à tous les deux.

6. As-tu rencontré plusieurs maisons d’éditions ? Comment se passe les démarches pour être publié ?

On envoie son manuscrit à plusieurs maisons d’édition (j’avoue que mes envois ont été fait un peu au hasard car je ne connaissais rien au monde de l’édition), puis on attend les réponses.

J’ai rencontré plusieurs éditeurs (un en présentiel sur Lyon et les autres à distance car leurs maisons étaient parisiennes) qui m’ont présenté leur politique, leurs méthodes, leurs catalogues.
Ensuite, j’ai choisi celui qui me correspondait le plus. J’ai attaché de l’importance dans mon choix à l ’accompagnement offert par la maison d’édition tout au long de la correction, de la publication jusqu’à la promotion du roman.

7. Quel est le rôle d’un éditeur ? A-t-il eu un regard sur ta production ?

Un éditeur a comme rôle de sélectionner des manuscrits et de les éditer. C’est lui qui accepte ou non qu’un manuscrit soit publié par sa maison, mais ce n’est souvent pas lui qui se charge des corrections du texte.

8. Où pouvons-nous acheté ton roman ? En librairie ? en ligne ?

Sur internet (Fnac, Decitre, Amazon…) et dans toutes les librairies de France (et si les libraires ne l’ont pas, ils peuvent le commander auprès de ma maison d’édition, les éditions Sydney Laurent).   

9. As-tu d’autres projets d’écriture ?

L’écriture de mon mémoire de DSCG (même si ce n’est pas aussi amusant que des histoires fantastiques !).

10. Côté études, qu’envisages-tu après ton diplôme de comptabilité-gestion de l’ESDES ?

Je souhaite devenir expert-comptable et commissaire aux comptes. Si j’ai le temps, je serai heureuse de pouvoir publier de temps à autre un roman.

... Et gagnante du concours d'écriture

Dans le cadre de la semaine du développement durable de l'UCLy (mars 2021) Mathilde Favre a remporté le 1er prix du concours d'écriture, un panier bio de fruits et légumes de saison, en la présence de Michel Raquet et Marine Moquet respectivement chargés de mission développement durable et vie étudiante à l’UCLy.